Observatoire régional des urgences

Travaux en cours

Repérage des violences faites aux femmes dans les SU   Étude sur le repérage des violences faites aux femmes lors des passages dans 8 services d'urgences des Pays de la Loire
En septembre 2018, la Direction régionale déléguée aux droits des femmes et à l'égalité (DRDFE) et l'ARS Pays de la Loire ont sollicité l'ORU pour la réalisation d'une étude portant sur le repérage des violences faites aux femmes lors des passages dans les services d'urgences des Pays de la Loire.
Fin 2019, 6 établissements de la région et 8 services d’urgence, participent à cette étude qui sera conduite entre mars et avril 2020.

Les objectifs de l’étude sont d'évaluer la fréquence des passages concernés par des situations de violences (qu’elles soient physiques, sexuelles et/ou psychologiques) faites aux femmes âgées de 15 ans et plus dans les 8 services d’urgences volontaires de la région, et d'étudier les caractéristiques des patientes et de leur prise en charge aux urgences. Cette étude s'inscrit plus globalement dans une démarche de sensibilisation du personnel des SU au repérage des situations de violences, et à leur enregistrement dans les logiciels métiers. L'étude prendra appui sur le recueil des RPU. Les passages aux urgences concernés par des violences faites aux femmes seront identifiées en utilisant des codes CIM-10 spécifiquement choisis par le comité de Pilotage constitué des chefs de service et référents "violences faites aux femmes" des établissements concernés par l'étude, de la DRDFE, l'ARS, et l’ORS dans le cadre de l’ORU.
Les résultats de cette étude paraîtront au premier semestre 2021.


Besoin journalier minimal en lits (BJML)
Dans le cadre de la circulaire n°DGOS/R2/2019/235 du 7 novembre 2019  et du lancement du pacte de refondation des urgences le 9 septembre 2019, l’Agence Régionale de Santé des Pays de la Loire a sollicité l’Observatoire Régional des Urgences des Pays de la Loire, afin de produire le besoin journalier minimal en lits (BJML) des services d’urgences de la région.
Sans être prédictif, le BJML donne une valeur indicative du nombre minimum de lits d’aval nécessaires pour lequel le risque de sur-réservation de lits, du point de vue du chef d’établissement, est faible au vu des flux constatés les années précédentes.
Il s’agit d’un outil pour les équipes soignantes et les directions qui rentre dans une démarche plus globale d’anticipation et de gestion des flux, par une analyse faisant le lien avec d’autres indicateurs, tels que les durées prévisionnelles de séjour, les admissions directes et le programmé.