Observatoire régional des urgences

Bilan qualité 2017

  • Tous les services d'urgences de la région transmettent leurs RPU vers le concentrateur régional
Un des objectifs prioritaires de l'ORU est de parvenir à ce que l'ensemble des établissements communiquent leurs données RPU sur le concentrateur régional de manière quotidienne et sans incident ou rupture de transmission.
Les transmissions de RPU continuent de s'améliorer dans la région : tous les services d'urgences (SU) concernés ont participé à cette remontée en 2017, dont 26 SU ont transmis des RPU sans discontinuer sur l'ensemble de l'année (contre 23 en 2015), et 3 ont eu une rupture de transmission d'une journée seulement [voir figure ci-dessous].

Répartition des services d'urgences selon le nombre de jours sans transmission de RPU dans l'année

Par rapport aux données d'activité déclarées par les établissements (dans le cadre de la Statistique annuelle des établissements - SAE), le taux d'exhaustivité du recueil RPU atteint 99,7 % des passages aux urgences dans les SU des Pays de la Loire.
L'ORU dispose ainsi, dès J+1, d'une vision fidèle de l'activité des urgences hospitalières au plan régional, à travers le système d'information des RPU.
  • Des incidents et ruptures de transmission des RPU qui nécessitent une veille régulière
De multiples facteurs d'origine technique (changements de logiciels métiers, de paramétrages…), humaine et/ou organisationnelle peuvent être à l'origine de problèmes de transmission des RPU, ces incidents pouvant aller d'un simple défaut temporaire de recueil d'un des items des résumés, à l'absence totale d'intégration des RPU sur le concentrateur régional sur une période prolongée.
Une veille de ces incidents est effectuée par les membres du Groupe technique ORU, en particulier par la Cire dans le cadre de ses missions de veille sanitaire et du dispositif SurSaUD®, et par l'ORS à l'occasion d'analyses qualité et d'exploitations régulières portant sur l'activité des SU.
En outre, les établissements sont tenus informés, via un dispositif d'alertes emails automatiques, en cas de problèmes de transmissions des RPU détectés au niveau du concentrateur régional.
  • Une qualité de transmission qui diffère selon les items RPU

En 2017, le taux d'exploitabilité de chacun des items issus des RPU est, au plan régional, très satisfaisant pour les variables démographiques (proche de 100 %), mais il l’est moins pour les informations relatives aux mouvements de patients (modes d'entrée et de sortie, mode de transport, provenance/destination/orientation, date/heure de sortie…), et beaucoup moins pour celles dont le recueil nécessite une expertise médicale (diagnostics principaux, gravité CCMU) [voir figure ci-dessous].
Par rapport aux taux d'exploitabilité observés en moyenne en 2016 parmi les 11 régions ayant participé au Panorama national de la FÉDORU, les Pays de la Loire présentent une situation plutôt favorable pour le recueil des données relatives aux mouvements des patients (mode d'entrée, provenance et mode de transport notamment). L'exploitabilité des informations cliniques (diagnostics principaux, CCMU) est par contre nettement moindre en Pays de la Loire, notamment par rapport à celles observées dans les régions où un ORU est présent et structuré depuis de nombreuses années et où les SU présentent une moindre grande hétérogénéité des logiciels métier utilisés pour le recueil RPU (PACA, Midi-Pyrénées, Limousin notamment).

Radar d'exploitabilité des items RPU


La fiabilité des informations RPU exploitables est enfin appréciée par l'ORU, à travers des vérifications de cohérence entre items RPU et des comparaisons entre établissements. Ces analyses laissent parfois apparaître des répartitions atypiques qui reflètent souvent un problème de transcodage entre les informations contenues dans le système d'information de l'établissement et celles transmises sur le concentrateur régional. Ces atypies peuvent également refléter des problèmes de compréhension du codage de certains items du RPU (comme cela est le cas par exemple pour la classification CCMU).


Dans les études publiées par l'ORU (comme le Panorama Urgences 2017), pour chaque item RPU les SU pour lesquels les données sont considérées comme peu fiables (en raison d'une répartition aberrante des passages selon les valeurs de l'item, ou d'une information de l'établissement sur la mauvaise qualité des données) sont exclus de l'analyse.